Le salut financier de l’OMS passera-t-il par la Suisse?

Thomas Zeltner a dirigé l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) de 1991 à 2009 (ici en conférence de presse à Berne, en 2009). | Keystone / Peter Klaunzer

Mercredi 27 mai au soir a été annoncée la création de la WHO Foundation à Genève, rapporte Le Temps. Présidée par l’ancien chef de l’OFSP jusqu’en 2009, le médecin et juriste bernois Thomas Zeltner, cette fondation indépendante a vocation à aider l’Organisation mondiale de la santé (OMS) à pallier son manque chronique de financement. Elle prévoit de lever 3 milliards de dollars dans les trois-quatre prochaines années auprès de mécènes publics et privés. L’apport serait considérable, puisque le budget biennal de l’organisation tourne autour de cinq milliards de dollars.

Pourquoi c’est important. Le projet, qui a mis deux ans à se concrétiser, préexiste à la pandémie et aux menaces américaines de suspendre ses financements. Mais il vient réparer une incongruité: l’OMS ne disposait à ce jour d’aucune fondation de collecte de fonds, et son assise budgétaire est très fragile. En 2019-2020, les contributions obligatoires des pays-membres pesaient seulement 17% de son budget, le reste étant constitué de contributions volontaires, publiques ou privées, souvent fléchées sur des programmes particuliers. L’OMS est donc structurellement pauvre, alors que les défis futurs en matière de santé globale, sur fond de crise écologique et climatique, s’annoncent majeurs.