Reservé aux abonnés

Le prix Leenaards 2022 récompense des recherches sur l'obésité et l'arthrose

Jeroen Geurts, responsable de recherche translationnelle au Service de rhumatologie du CHUV (à gauche) et Bart Deplancke, vice-doyen à l’innovation à la Faculté des sciences de la vie de l’EPFL, en charge du laboratoire de biologie systémique et de génétique de l'EPFL.  | Alain Herzog / Fondation Leenaards

Le prix scientifique de la Fondation Leenaards 2022 est attribué à un groupe de recherche du CHUV et de l’EPFL qui travaille sur l’obésité et l’arthrose et le lien inattendu entre cellules adipeuses et dégénérescence articulaire. Le projet, piloté par le Pr. Bart Deplancke de l’EPFL et le Dr Jeroen Geurts du CHUV, est technique et assez complexe, mais déconstruit un présupposé et ouvre de nouvelles perspectives thérapeutiques. Ainsi, comme l’explique la Fondation Leenaards, «contrairement à ce que l’on a longtemps présupposé, ce ne serait en effet pas le stress mécanique sur les structures cartilagineuses et osseuses, dû au surpoids, qui expliquerait le lien entre obésité et arthrose, mais plutôt le rôle du tissu graisseux de la moelle osseuse». La dotation se monte à 750’000 francs.

Pourquoi on en parle. Ce prix, décerné chaque année, vise à favoriser la recherche translationnelle dans l’Arc lémanique, en mettant en lumière des collaborations entre des chercheurs de plusieurs centres de recherche et hôpitaux. En distinguant les travaux «Obésité et arthrose: le lien inattendu entre cellules adipeuses et dégénérescence articulaire», la Fondation met en lumière des découvertes récentes qui peuvent, à terme, aider les personnes en surpoids à pratiquer du sport en souffrant moins des articulations. Explications.

Reservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous