| | Radar

Le plaisir, le futur de la food tech?

Fromage vegan | Keystone / Ti-Press / Pablo Gianinazzi

Le monde de la recherche pour l’innovation alimentaire et la notion de culture et de plaisir se rencontrent rarement, a argué Matthieu Vincent, associé chez DigitalFoodLab durant la conférence «Food Morning» qui s’est tenue le 7 octobre. Qui n’a pas testé un nouveau produit présenté comme meilleur pour l’environnement ou la santé en se disant «pourquoi pas, c’est une bonne idée», mais a très rapidement déchanté à cause d’un goût non abouti ou d’une texture hasardeuse?

Pourquoi c’est important. Les innovations dans le secteur alimentaires essayent de répondre aux problématiques actuelles, par exemple environnementales ou sanitaires. Mais la food tech doit aussi relever un autre défi: pousser le consommateur à changer ses habitudes et à adopter des produits qui lui étaient inconnus. Ce qui requiert une complexification des processus de recherche et de fabrication pour que ces nouvelles denrées se rapprochent de celles mieux connues. Un impératif car si le plaisir gustatif n’est pas pris en compte, le produit n’a que peu de chances de succès.

Jusqu’à présent, les start-up spécialisées dans la food tech se concentrent principalement sur des aspects techniques: une meilleure qualité, un meilleur prix, des qualités environnementales ou de santé, voire remplir une niche encore non exploitée. Mais aucune n’innove sur la notion de plaisir. Pour le spécialiste de la food tech, la future tendance de cette industrie sera d’intégrer ce paramètre dès le début des recherches.

link

À voir sur You Tube

Tableau de bord climat

Un suivi interactif des grands indicateurs du dérèglement climatique et de ses solutions.