Le mystérieux «syndrome de La Havane» aurait frappé à Genève

Consulat des Etats-Unis à Genève. | Yann Forget / Wikimedia Commons / CC-BY-SA

C’est un mal mystérieux, qui semble surtout affliger les diplomates et espions américains à l’étranger. «Le syndrome de la Havane», ainsi surnommé depuis qu’il a touché l’ambassade américaine à Cuba en 2016, aurait fait de nouvelles victimes durant l’été 2021 à Genève et Paris, a révélé le Wall Street Journal le 13 janvier 2022. Les sources sont anonymes et les détails inexistants, mais «au moins trois» Américains en poste à Genève seraient concernés par une telle «anomalie de santé» («anomalous health incidents», son nom officiel). L’un d’entre eux a été évacué aux Etats-Unis pour y être soigné.

Ce qu’on sait. Les symptômes expérimentés par les victimes évoquent un syndrome neurologique: maux de tête, acouphènes, vertiges, difficultés cognitives, troubles de l’équilibre et de la perception, semble-t-il mesurables à l’imagerie cérébrale… Quelque 200 cas auraient été rapportés, un peu partout dans le monde. Trouble psychologique, agent infectieux, ou dispositif électromagnétique? La question reste ouverte, rappelle le «Journal» dans un article de synthèse, mais la troisième piste semble aujourd’hui privilégiée — et le renseignement militaire russe est dans le viseur américain. Le Département d’Etat prend en tout cas la question très au sérieux, au point d’avoir nommé une task force responsable de cette question.

link

A lire dans le Wall Street Journal (EN)