| | Radar

Le médecin, généticien, et éthicien français Axel Kahn est décédé

Axel Kahn au 25ème Festival du Livre de Mouans-Sartoux, en 2012. / Frantogian, CC BY-SA 3.0, https://commons.wikimedia.org/w/index.php?curid=21955847

Il était une figure de la santé en France. Le généticien Axel Kahn est mort mardi 6 juillet des suites d’un cancer incurable, qu’il avait lui-même rendu public le 11 mai 2021. Le Monde dresse le portrait de ce médecin-chercheur (hématologue et généticien) à la carrière impressionnante: premier directeur du prestigieux Institut Cochin en 2002, il deviendra président de l’Université Paris Descartes en 2007. Défenseur d’un humanisme rationaliste, proche des milieux de gauche, Axel Kahn était connu pour son investissement sur les questions de bioéthique, au sein du Comité national consultatif d’éthique et dans ses nombreux essais – plus d’une trentaine.

Ces derniers temps. En 2019, conscient d’être concerné au premier chef, Axel Kahn avait pris la tête de la Ligue française contre le cancer. Mais son dernier engagement public a eu trait à la pandémie. Face aux polémiques nées dans son sillage, le généticien a profité de son aura médiatique pour se faire l’interprète des données de la science et livrer des conseils sur la gestion de crise. Quitte à s’opposer frontalement au Pr Raoult à l’occasion des débats sur l’hydroxychloroquine, ou à critiquer vertement le gouvernement français pour sa politique sanitaire avant la troisième vague du printemps 2021. Toujours selon une optique qu’il aimait à résumer en une formule, héritée de son père philosophe: se montrer «raisonnable et humain».

link

A lire dans Le Monde

Tableau de bord climat

Un suivi interactif des grands indicateurs du dérèglement climatique et de ses solutions.