Reservé aux abonnés

Guerre des coûts entre cantons et assureurs: qui va payer la facture des hôpitaux?

Mauro Poggia, conseiller d’Etat genevois en charge du département de la sécurité, de l’emploi et de la santé, et Heidi Hanselmann, conseillère d’Etat saint-galloise et actuelle présidente de la Conférence des directrices et directeurs cantonaux de la santé (CDS). | Keystone / Anthony Anex

Qui va financer le manque à gagner des hôpitaux dû à l’arrêt temporaire de leurs activités non-urgentes? Alors que les opérations électives et les consultations ambulatoires ont pu reprendre dans les hôpitaux suisses lundi 27 avril, la polémique enfle en Suisse-alémanique. Pour rappel: Les interventions non-urgentes, telles qu’opérations de la hanche ou du genou, avaient été suspendues sur ordonnance du Conseil fédéral, ce qui entraîne de lourdes conséquences financières.

Pourquoi c’est polémique. Pour compenser les pertes des hôpitaux, plusieurs directeurs cantonaux de la santé suisses-alémaniques suggèrent une participation aux coûts non seulement de la Confédération, mais aussi des assurances-maladie. Les représentants des assureurs s’en défendent énergiquement, l’argent des primes ne devant pas être utilisé pour rémunérer l’absence de prestations. Qui a raison?

Reservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous