Reservé aux abonnés

Le lien de causalité entre pollution de l'air et Covid se précise

Pollution aux particules fines en Bosnie (image d'illustration) | FEHIM DEMIR/EPA/KEYSTONE

Depuis 2020 et la première vague de Covid-19, la science a progressé. Sur la compréhension de la maladie en elle-même bien sûr, mais aussi sur les facteurs extérieurs qui influencent la pandémie, comme la pollution de l’air, et en particulier la pollution aux particules fines PM2,5 (de dimensions inférieures à 2,5 microns), qui s’impose peu à peu comme facteur aggravant. Une étude italienne vient enfoncer le clou et préciser le lien de causalité entre exposition à la pollution de l’air à long terme et augmentation du nombre de cas de Covid.

Pourquoi c’est intéressant. Le lien entre pics de pollution et circulation virale a déjà été observé à de multiples reprises. Mais en recherche, il ne suffit pas d’observer la corrélation entre deux phénomènes pour en déduire que l’un provoque l’autre: ce que l’on observe peut être causé par un autre facteur non pris en compte (par exemple l’état de santé du patient, des particularités démographiques…). Si le niveau de preuve doit encore être approfondie, l’étude italienne va plus loin que les précédentes.

Reservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous