| | News

Le coronavirus prié de rester à la frontière

Frontière dans la région de Bâle. | Keystone / Georgios Kefalas

Nous avons décidé de mettre cet article à disposition gratuitement, tant ces informations sont utiles pour comprendre l'épidémie. L'information a néanmoins un coût, n'hésitez pas à nous soutenir en vous abonnant.

Dès lundi 20 septembre, les contrôles à la frontière suisse seront réintroduits. Le Conseil fédéral entend ainsi prévenir «une augmentation du nombre d’infections causées par des personnes de retour en Suisse après les vacances d’automne». Cette décision concerne les personnes «non vaccinées ou non guéries», qui devront présenter un test négatif à leur entrée sur le territoire.

Pourquoi on en parle. Contrôler toutes les personnes entrant dans le pays par voie terrestre, aérienne ou lacustre risque de générer des problèmes majeurs, en terme d’effectifs de la part des garde-frontières et aussi d’engorgement sur les routes surtout: chaque jour, plus de deux millions de personnes et un million de véhicules franchissent la frontière suisse. Le Conseil fédéral opte donc pour des «contrôles aléatoires basés sur les risques». Les personnes ni vaccinées ni guéries passant la frontière sans preuve de test négatif encourent une amende de 200 francs.

Le détail. Ces nouvelles mesures aux frontières du pays ne «sont pas très simples à mettre en place, a reconnu Alain Berset, conseiller fédéral en charge de la santé. Une évaluation sera effectuée dans quelques semaines et le dispositif sera adapté si nécessaire».

E_fQIT_XsAoNNiO.png

  • Test obligatoire à l’entrée. Sont concernées les personnes non vaccinées ou non guéries. Elles doivent présenter une preuve de test négatif (PCR ou antigénique) à la frontière quel que soit le moyen de transport. Quatre à sept jours après leur arrivée, elles doivent effectuer un deuxième test (à leurs frais). Le résultat doit être transmis aux autorités de santé cantonales.

  • Formulaire. Toutes les personnes (guéries, vaccinées ou testées) entrant en Suisse devront présenter le formulaire SwissPLF. Ce formulaire permettra aux autorités cantonales de réaliser des contrôles aléatoires.

  • Exceptions. Les frontaliers ne sont pas soumis au régime du test et du formulaire obligatoire. Sont également exemptés les «passagers en transit et le transport de marchandises» relève Alain Berset. Les jeunes de moins de 16 ans doivent juste remplir le formulaire SwissPLF.

  • Contrôles. Ils seront effectués de manière aléatoire à la frontière et par les cantons. Ces derniers doivent «vérifier si les personnes non vaccinées ou non guéries se sont effectivement soumises à un deuxième test», comme l’indique le communiqué de presse de ce 17 septembre. Des sanctions en cas de non respect sont prévues: une amende d’ordre de 200 francs en cas d’entrée sans test négatif et de 100 francs en cas de formulaire non rempli.

La gratuité des tests. La pression politique de ces derniers jours sur la fin de la gratuité des tests dès le 1er octobre a poussé le Conseil fédéral à rouvrir ce dossier. Alain Berset:

«Il faut être clair: avec les vaccins, on sort de la crise, pas avec les tests. Mais nous sommes conscients au Conseil fédéral que l’entrée en vigueur dès le 1er octobre peut poser des problèmes.

Nous allons donc étudier des solutions et nous prendrons une décision lors d’une prochaine séance. Le dossier est donc réouvert.»