| | Radar

La Slovénie met le vaccin Janssen sur pause après un décès suspect

Keytone / AP / Cheryl Gerber

Le décès d’une femme de 20 ans a précipité la suspension du vaccin de Janssen (Johnson & Johnson) en Slovénie, indiquent Le Monde et l’AFP. La jeune femme, hospitalisée lundi 27 septembre après avoir reçu l’injection du vaccin monodose, est décédée le lendemain d’une hémorragie cérébrale et de caillots sanguins. Mercredi soir, des milliers de personnes ont manifesté à Ljubljana contre la politique sanitaire du pays, un des moins vaccinés d’Europe (54%). Sur recommandation de son groupe d’experts, le gouvernement slovène a suspendu l’utilisation du vaccin, le temps de faire la lumière sur ce décès. Le lien avec le vaccin reste à démontrer, mais il est jugé plausible.

Pourquoi il faut garder la tête froide. On sait depuis plus de six mois que le vaccin de Janssen, comme son homologue d’AstraZeneca, est susceptible de provoquer de rarissimes troubles de la coagulation graves chez les jeunes adultes. Les Etats-Unis avaient eux-mêmes suspendu son utilisation en mars 2021, le temps d’examiner les données de pharmacovigilance. Sur huit millions d’injections, les Etats-Unis rapportaient en mai 26 syndromes de ce type, dont 3 décès. Mais les CDC estiment le risque à 1 sur 100'000 avant 50 ans et 1 sur 1 million après 50 ans, ce qui reste très inférieur à celui d’une hospitalisation ou d’un décès Covid-19. D’où une balance bénéfices-risques favorable, et le fait que le vaccin reste utilisé dans de nombreux pays, Europe et Etats-Unis compris. La Suisse s’apprête par ailleurs à le proposer aux personnes qui refusent les vaccins ARN.

link

A lire sur Le Monde