La République dominicaine accusée d’éliminer les petits élevages de porc

Image d'illustration | Keystone / Melanie Duchene

En République dominicaine, une épidémie de peste porcine africaine (PPA) est en train de décimer les petits élevages de porcs, relate The Guardian. Le virus n’affecte pas l’humain ni la qualité de la viande, mais il est quasiment toujours mortel pour les cochons. La dernière fois que la PPA a frappé la République dominicaine et Haïti, c’était il y a 40 ans. Les gouvernements, financés par les Etats-Unis, avaient entièrement éradiqué la population de porcs pour ne pas risquer une propagation dans l’industrie porcine étasunienne.

Pourquoi c’est important. En République dominicaine, le gouvernement a fait le choix d’abattre des élevages entiers dans les zones les plus touchées, avant même d’avoir testé les animaux. Les petits producteurs accusent le gouvernement de profiter de l’épidémie pour les éliminer et réorganiser la filière. Selon les rapports, entre 1000 et 10’000 porcs ont été abattus, uniquement dans la province de Santiago Rodriguez. Dans le pays, ils seraient environ 73’000. La majorité des élevages touchés par ces mesures ne contenait en moyennes que 25 bêtes. Un vétérinaire de la région déclare anonymement que «si le matériel de test était arrivé plus tôt, ils n’auraient pas eu besoin de sacrifier autant de porcs».

Le gouvernement, de son côté, répond que les mesures d’hygiène ne sont pas suffisantes dans les petites exploitations et que le choix d’abattre les petits troupeaux a été fait pour protéger les fermes industrielles qui produisent 70% du porc dominicain. Cependant, selon le Guardian, un rapport l’Organisation mondiale de la santé animale indiquerait que la première infection aurait eu lieu dans une région où les élevages industriels sont majoritaires. Maintenant ce sont les Etats-Unis qui se préparent à l’arrivée du virus qui est à leur porte.

link

À lire sur The Guardian