Reservé aux abonnés

La piste du Covid s'éloigne pour expliquer les hépatites aiguës qui inquiètent les pédiatres

Image d'illustration. | Shutterstock / ya_blue_ko

Depuis quelques semaines, les hôpitaux européens et américains enregistrent une forme d’hépatite inhabituelle chez des enfants de moins de 11 ans. Quelque 200 cas ont été recensés par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) dans 16 pays, majoritairement en Europe. La cause de ces inflammations aiguës du foie, parfois très graves, échappe encore aux spécialistes.

Pourquoi on en parle. Selon l’OMS, au 21 avril, on reconnaissait 114 cas au Royaume-Uni, 20 aux Etats-Unis, 13 en Espagne, 12 en Israël, 6 au Danemark, 5 en Irlande, 4 aux Pays-Bas, 4 en Italie, 2 en Norvège, 2 en France, 1 en Roumanie et 1 en Belgique. Ces chiffres pourraient rapidement croître depuis que l’OMS communique sur le sujet en invitant tous les hôpitaux du monde à surveiller la situation, y compris en rétrospectif.

Philippa Easterbrook, qui dirige le programme de suivi des hépatites à l’OMS, appelle à être vigilant mais sans paniquer:

«On enregistre un nombre croissant de patients, mais dans le contexte global, cela reste des cas extrêmement rares.»

Aux hôpitaux universitaires de Genève (HUG), qui hébergent un des principaux centres experts du pays, on précise:

Reservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous