Reservé aux abonnés

La grosse bourde de l'OFSP pour débuter 2022

Une bouteille de champagne repose sur le sol à Vevey dans la nuit du jeudi 31 decembre 2015. | Keystone / Jean-Christophe Bott

L’OFSP aurait-il la gueule de bois? Ce lundi 3 janvier, l’office a publié, comme de coutume, les chiffres de l’épidémie: nombre de nouvelles infections recensées en laboratoire, hospitalisations et décès, notamment. Au lieu de totaliser les chiffres en incluant les données du vendredi 31 décembre — elles n’ont pas été publiées le dernier jour de 2021—, l’OFSP a simplement fourni les données «depuis vendredi», comme elle le fait habituellement après le week-end. L’office donne ainsi un aperçu biaisé des indicateurs épidémiques en excluant les chiffres du 31 décembre. Au lieu des quelques 38’437 infections annoncées, quelque 50’000 infections ont été recensées durant ces trois jours.

Pourquoi c’est problématique. Les premières informations publiées par l’OFSP laissaient penser que le nombre d’infections était en baisse ce week-end — c’est du moins la façon dont l’ont interprété certains médias, et ce n’est pas le cas en réalité.

Reservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous