La génétique pourrait expliquer pourquoi certaines personnes n'aiment pas les légumes

Image d'illustration | PublicDomainPictures / Pixabay

Des difficultés à manger choux de Bruxelles, brocoli ou chou? Des chercheurs de l’Université de Kentucky (Etats-Unis) pensent que le «gène du goût» peut influencer comment une personne perçoit une certaine saveur. En effet, les humains naissent avec deux copies d'un gène du goût appelé TAS2R38. Ceux qui héritent de deux copies de la variante appelée AVI ne sont pas sensibles à l'amertume des aliments. Mais ceux qui héritent d'un exemplaire AVI et d'un exemplaire PAV sont particulièrement sensibles et trouvent ces aliments très amers. La recherche va être présentée à la conférence de l’American Heart Association qui aura lieu les 16, 17 et 18 novembre à Philadelphie.

Pourquoi on vous en parle. Dans la nature, les aliments dangereux sont souvent amers. D’un point de vue évolutif, cela a donc du sens de rejeter les aliments amers. Mais l’étude a prouvé que les personnes qui présentent une variante PAV du gène du goût ont tendance à éviter les aliments riches en nutriments. Ces personnes ont plus de risque de développer des problèmes cardiovasculaires. Comme petite lueur d’espoir, les scientifiques rappellent que la sensibilité des bourgeons gustatifs diminue avec l'âge, de sorte que même les légumes les plus détestés lorsqu’on est jeune peuvent devenir appétissants en vieillissant.

link

Lire l'article sur healthline