| | Analyse

La finance se rêve partenaire de la révolution alimentaire

A gauche Patrick Odier, président de Building Bridges et associé principal de la banque Lombard Odier, à droite Ueli Maurer, conseiller fédéral en charge des finances, lors de la session d'ouverture du sommet, le 29 novembre 2021. | Keystone / Salvatore Di Nolfi

Du 29 novembre au 2 décembre, banquiers, ONG, start-ups et représentants des Nations unies se sont réunis à Genève pour parler finance durable. Bien que les défenseurs de l’environnement et le monde de la finance peuvent paraître opposés, l'événement Building Bridges a pour but de montrer que ce cliché n’est pas forcément juste. La finance a son rôle à jouer dans la lutte contre le réchauffement climatique et la conservation des écosystèmes.

Pourquoi on en parle. L’alimentation durable était au centre de nombreuses discussions, avec comme question commune: comment nourrir une population grandissante sans effet négatif sur l'environnement? «20 à 30% des émissions de CO2 viennent de la production et de la transformation des aliments, et un tiers de ceux-ci finissent à la poubelle», ont martelé plusieurs participants. Quelques pistes pour améliorer la situation se dessinent.

Cet article est réservé aux abonnés.

Heidi.news sur Telegram, chaque fin de journée, recevez les articles les plus importants.
Inscrivez-vous!