| | Radar

L’OMS valide le premier médicament biosimilaire dans le cancer du sein

L’OMS annonce avoir pré-qualifié un biosimilaire du trastuzumab, une thérapie ciblée très employée dans le cancer du sein. C’est la première fois que l’organisation inscrit sur sa liste un médicament biosimilaire – l’équivalent du générique pour une biomolécule. (Les molécules biologiques, comme le trastuzumab qui est un anticorps, sont bien plus difficiles à répliquer que les petites molécules classiques de la pharmacopée.) Alors que le médicament princeps – l’Herceptin, de Roche – est facturé en moyenne 20'000 dollars le traitement, la version biosimilaire validée par l’OMS – l’Ontruzant, de Samsung Bioepis – coûte environ un tiers de ce prix.

Pourquoi c’est important. Les chercheurs à l’origine de la mise au point du trastuzumab ont été récompensés en septembre dernier du prix Lasker, souvent considéré comme l’antichambre du Nobel. Premier anticorps anticancéreux de l’histoire, ce médicament est vite devenu un blockbuster depuis son arrivée sur le marché en 1998. Son principe actif est employé dans environ 20% des cancers du sein (dits HER2 positifs), ce qui représente des millions de femmes dans le monde. La pré-qualification du biosimilaire par l’OMS assure de sa qualité et prépare sa diffusion à large échelle dans les pays en voie de développement.

Heidi.news sur Telegram, chaque fin de journée, recevez les articles les plus importants.
Inscrivez-vous!