Reservé aux abonnés

L'Europe augmente les terres cultivées en 2022: «Il sera difficile de faire machine arrière»

Le vice-président exécutif de la Commission européenne, Valdis Dombrovskis, et le commissaire européen chargé de l'agriculture, Janusz Wojciechowski, donnent une conférence de presse sur la sécurité alimentaire à Bruxelles, en Belgique, le 23 mars 2022. | Keystone / EPA / Stéphanie Lecocq

A situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles. Le mercredi 23 mars, les commissaires européens ont adopté une volée de propositions dans le but de préserver la sécurité alimentaire et renforcer la résilience des systèmes alimentaires. Sur la table, la révision d’objectifs environnementaux, une exploitation accrue des terres agricoles et le déblocage d’un fonds de crise pour les agriculteurs. Une annonce qui conclut des semaines de négociations.

Lire aussi: L’Europe prise en étau entre durabilité et souveraineté alimentaire

Pourquoi c’est important. Les cours du blé, du soja, du colza, du maïs et des huiles ont atteint des records historiques à la suite de l’invasion de la Russie en Ukraine. De même que les prix des carburants et du gaz, tous les deux essentiels à la production agricole. Les 27 cherchent ainsi à amortir autant que possible les conséquences dramatiques prévues pour les récoltes de 2023.

La Suisse est indirectement concernée: selon le Département fédéral des affaires étrangères, en 2019, près de trois-quart des importations suisses de produits agricoles venaient des Etats membres de l'UE.

Reservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous