L'agriculture doit se diversifier face au changement climatique

Plantation de bananes, Vietnam. | Keystone / EPA / Luong Thai Linh

Si aucune mesure n’est prise pour enrayer le changement climatique, les pertes des récoltes seront dévastatrices, rapporte le Guardian dans un article publié le 14 avril. Même dans les meilleurs scénarios, le réchauffement rendra la terre moins propice à l’agriculture telle qu’on la connaît. Selon le journal, la nature a un moyen simple pour s’adapter : la diversité génétique. Cette diversité est pourtant mise à mal par l’industrialisation de l’agriculture.

Pourquoi c’est préoccupant. C’est ce phénomène de monoculture qui a provoqué la grande famine irlandaise au 19ᵉ siècle. Entre 1845 et 1849, le mildiou a détruit toutes les récoltes de pomme de terres du pays, causant la mort d’un million de personnes, soit 15% de la population, et l’exode de un à deux autres millions d’Irlandais. C’est la dépendance à une seule sorte de pomme de terre qui a causé cette tragédie, alors qu’il existe plus de 4800 espèces de patates.

Banane, la prochaine victime. La hausse des températures, les sécheresses et les catastrophes climatiques fragilisent nos récoltes. Cette fois, c'est le maïs, le blé, le café ou les bananes qui pourraient être les prochaines victimes. L’agriculture a plus que jamais besoin de diversité génétique afin d’améliorer sa résilience face aux changements à venir. Le Guardian souligne que la diversité de produits proposée dans les supermarchés cache l’homogénéisation génétique qui envahit nos rayons.

link

A lire dur le site du Guardian [EN]