Reservé aux abonnés

Ivermectine et Covid-19: «C’est un peu de la médecine alternative à ce stade»

Des pilules d'ivermectine, à Quezon City (Philippines). | Keystone/EPA / Rolex Dela Pena

Que reste-t-il de l’ivermectine? Cet antiparasitaire très commun, utilisé contre plusieurs maladies tropicales, a été considéré un temps comme un possible traitement antiviral contre Covid-19. Les études qui se sont succédé, parfois contradictoires, ont nourri une polémique sans fin. Qui vient de trouver sa conclusion avec un essai brésilien, le plus vaste mené à ce jour sur le sujet, dont les résultats viennent d’être publiés dans le New England Journal of Medicine.

Pourquoi on vous en parle. Malgré les conclusions sans appel de la plupart des grandes institutions émettrices de recommandations (CDC, OMS, HUG…), plusieurs pays du Sud ont continué d’employer la molécule. En Suisse même, il semble que certains médecins continuent de prescrire l’antiparasitaire à leurs patients Covid-19, malgré des données cliniques très loin d’être concluantes.

Reservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous