Isabelle Moret: «Je ne porterai pas de masque durant la session parlementaire extraordinaire»

Isabelle Moret, présidente du Conseil national, siègera à cette place dès le 4 mai pour la session parlementaire extraordinaire sur le site de Bernexpo. | Keystone / Peter Klaunzer

Exceptionnellement, nous avons décidé de mettre cet article à disposition gratuitement, en raison de son intérêt public. L'information a néanmoins un coût, n'hésitez pas à nous soutenir en vous abonnant.

La session parlementaire extraordinaire aura lieu du 4 au 7 mai sur le site de Bernexpo. Les locaux ont été aménagés pour que les parlementaires puissent siéger en respectant les recommandations émises par l’OFSP. Visite des lieux avec les deux présidents en exercice: Hans Stöckli, Conseil des Etats, et Isabelle Moret, Conseil national.

Pourquoi on en parle. Les parlementaires débattront exclusivement du coronavirus durant ces 5 jours. Ils devront notamment intégrer le droit d’exception, en vigueur actuellement, dans des lois ordinaires. Mais ils devront aussi demander des comptes au Conseil fédéral sur les mesures prises. D’une manière générale, la session permettra de débattre sur l’avenir du pays.

Les locaux. C’est sur le site de Bernexpo que les deux chambres du parlement se retrouveront dès lundi. Les espaces dédiés à cette session sont répartis sur quelque 5200 mètres carrés, pour les 200 membres du Conseil national, et 800 mètres carrés, pour les 46 membres du Conseil des Etats. Les différentes salles nécessaires à la tenue de la session se trouvent sur quatre étages différents. Les travaux sur place se termineront jeudi.

  1. Sous-sol: bureau pour les journalistes, qui disposent de box individuels, chambre pour le groupe parlementaire du centre (PDC, PEV, PBD) et chambre pour le groupe parlementaire des Verts.

  2. Rez-de-chaussée: entrée principale et chambre pour le groupe parlementaire libéral-radical.

  3. 1er étage: chambre pour le groupe parlementaire UDC, services du Parlement, salle du Conseil national, chambre pour le groupe parlementaire socialiste.

  4. 2e étage: salle du conseil des Etats, chambre pour le groupe parlementaire Verts libéraux, zone d’interviews.

IMG_4491.jpg
Les différentes salles nécessaires pour la tenue de la session sont réparties sur 4 étages. | Heidi.news / Annick Chevillot

Les installations sont assez spartiates. Tables blanches, toutes reliées à un câble électrique, et chaises noires ont été agencées de la même manière qu’au Palais fédéral, la distance en plus.

Hans Stöckli (PS), président du Conseil des Etats:

«Chaque parlementaire sera assis au même endroit qu’habituellement et retrouvera ses voisins.»

414969293_highres.jpg
Han Stöckli dans la salle qui accueillera les sénateurs. | Keystone / Peter Klaunzer

414969278_highres.jpg
Le plan de la salle accueillant le Conseil des Etats. | Keystone / Peter Klaunzer

Isabelle Moret (PLR), présidente du Conseil national:

«A la situation exceptionnelle, session parlementaire exceptionnelle. C’est la première fois que le parlement doit siéger hors de ses murs, contre son gré.»

414964933_highres.jpg
Isabelle Moret au poste qu'elle occupera dès lundi 4 mai. | Keystone / Peter Klaunzer

414966318_highres.jpg
Le visage de la salle du Conseil national pour la session extraordinaire. | Keystone / Peter Klaunzer

Dans la salle dédiée au Conseil national, la Vaudoise présidera assise face à un pilier doté d’installations électriques. Mais cet emplacement lui permettra de voir tous les conseillers nationaux.

Durant la session. «Nous devrons travailler plus lentement qu’à l’accoutumée», précise Isabelle Moret. Les pupitres où les parlementaires prendront la parole devant leurs assemblées respectives ont été dédoublés et seront désinfectés après chaque intervention. Isabelle Moret:

«Notre but n’est pas de travailler confortablement, mais d’assurer la sécurité de toutes les personnes qui seront présentes. Nous devons montrer l’exemple, maintenir les distances spatiales et appliquer les mesures d’hygiène prévues par l’OFSP. Mais nous devrons tout de même traiter tous les sujets prévus lors de la session. Ainsi, lundi 4 mai, nous débuterons notre journée à 10 heures et travaillerons non-stop jusqu’à avoir traité tous les points à l’ordre du jour.»

Sur la question des masques, la politicienne est claire:

«Je ne porterai pas de masque durant la session parlementaire extraordinaire. L’OFSP n’oblige pas à porter un masque, nous allons donc respecter cette décision. Cela dit, il ne sera pas interdit d’en porter.»

Le coût additionnel. Evalué à 1,5 million de francs le 14 avril, le budget alloué à cette session extraordinaire s’élève désormais à 3,125 millions de francs. Les dépenses prévues sont les suivantes:

  • 2,12 millions de francs pour la location, dont 2,074 millions pour Bernexpo et 43’200 francs pour la location de salles à l’hôtel Bellevue à Berne pour les réunions préparatoires.

  • 430’000 francs pour la sécurité (police, Securitas et mesures sanitaires).

  • 375’000 francs pour les installations techniques (matériel de vote, enregistrement des débats, systèmes informatiques, visioconférences, bulletin officiel).

  • 200’000 francs pour la restauration, les frais de personnel supplémentaires et des réserves.

La suite. Le programme complet sera publié vendredi 1er mai. Ce jour-là, il sera également décidé si la session de juin aura également lieu sur le site de Bernexpo, ou ailleurs. Une chose est sûre, la session de juin ne pourra pas se tenir au Palais fédéral.