| | Interview

«Instagram amplifie les phénomènes tels que la comparaison sociale»

L'addiction aux réseaux sociaux est particulièrement fort pour les jeunes femmes actives sur Instagram. | Shutterstock / Clara Murcia

Le Wall Street Journal a révélé mi-septembre des documents internes de Facebook démontrant que l’entreprise était au courant des effets négatifs d’Instagram sur la santé mentale des adolescentes. On a depuis appris que c’est la lanceuse d’alerte Frances Haugen, ancienne employée du géant californien, qui est à l’origine de ces révélations. «Nous aggravons les complexes d’apparence d’une jeune fille sur trois. Instagram modifie l’image que les jeunes filles ont d’elles-mêmes et de leur corps» ont affirmé les chercheurs à l’origine de l’enquête mentionnée dans le rapport interne lors d’une présentation en 2019.

Professeur à l’Université de Lausanne et spécialiste en psychiatrie et psychothérapie des addictions au Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV), Yasser Khazaal n’est pas étonné par l’ampleur des résultats. Ces derniers coïncident avec ce que les spécialistes observent dans leur pratique. Selon lui, Instagram et les réseaux sociaux en général amplifient les phénomènes sociaux tels que la comparaison sociale qui pousse les individus à comparer ce qu’ils voient sur ces plateformes avec leur propre vie. Cela peut induire de la souffrance, une réduction de l’estime de soi et un sentiment de dévalorisation. Les jeunes y sont particulièrement sensibles. Sur Instagram, les adolescentes de 22 ans et moins représentent plus de 40% du total des utilisateurs, selon les chiffres mentionnés dans le rapport.

Face à ce problème, Yasser Khazaal en appelle à la prise de conscience par les utilisateurs des risques que peut générer l’utilisation de telles plateformes. Il ne croit pas qu’elles se réguleront d’elles-mêmes. Il propose des pistes qui pourraient limiter les conséquences négatives des réseaux sociaux sur le bien-être des utilisateurs.

Heidi.news — Le rapport interne du groupe Facebook met en exergue le fait qu'Instagram nuirait à l’image que les adolescentes ont d’elle-même. Est-ce que cela vous surprend?

Cet article est réservé aux abonnés.