Reservé aux abonnés

Il n’y aura pas de suivi des prix agroalimentaires en Suisse

Illustration. | Keystone / Salvatore di Nolfi

Ce fut à un cheveu près. Grâce à la voix prépondérante de son président, le Conseil des Etats a retoqué le 15 décembre la motion de la Vaudoise Alice Glauser (UDC) de mettre en place un suivi du prix des denrées agroalimentaires.

De quoi on parle. La conseillère nationale avait déposé en 2018 la motion «Des prix agricoles aux prix à la consommation, des statistiques transparentes!». Le texte chargeait le Conseil fédéral de procéder à un examen «en toute transparence depuis la production à la commercialisation, en passant par la transformation, les grossistes et les détaillants».

La motion avait gagné le soutien du Conseil national en 2018. Mais avec l’actuel refus de la chambre haute, le texte est définitivement enterré.

«C’est vraiment dommage, regrette Adèle Thorens Goumaz, conseillère aux Etats du canton de Vaud. C’est une motion qui aurait été favorable au consommateur et au producteur», juge la Verte, qui développe:

«La transparence sur la constitution des prix permet au consommateur de savoir où va son argent, a fortiori pour les produits suisses, qui sont en général un peu plus chers. Elle aiderait aussi les agriculteurs à mieux défendre leur travail et exiger des prix équitables.»

Reservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous