Hong Kong abat ses hamsters au nom de la stratégie «zéro Covid»

Image d'illustration. Des fonctionnaires verrouille un bâtiment du district de Jordan à Hong Kong en janvier 2021 à cause de la présence du Sars-CoV-2. | Keystone EPA / Jérome Favre

Il aura suffi d’identifier deux personnes et onze hamsters positifs au Sars-CoV-2 dans une animalerie de Hong Kong pour que les autorités décident de procéder à l’extermination de quelque 2000 hamsters et à la fermeture de toutes les animaleries de l’île qui hébergent le rongeur. Les autorités appellent les propriétaires de cet animal de compagnie à leur remettre leurs compagnons. Cette mesure de précaution, aussi surréaliste que radicale, trouverait son origine dans l’incapacité des autorités de retracer l’origine de la vague épidémique actuelle, qui a commencé il y a trois mois, note Le Monde.

Lire aussi: Les servitudes de la stratégie «zéro Covid» à Hong Kong

Pourquoi c’est insolite. Les habitants de l’île ont beau être coutumiers des mesures extrêmes — camps de quarantaines publics, restrictions de circulation, quarantaines de 21 jours —, le massacre des hamsters ne passe pas. Le capital sympathie de cet animal de compagnie est extrêmement important à Hong Kong. Sur les réseaux sociaux, un groupe de défense du hamster prodigue des conseils pour venir en aide aux animaux abandonnés suite à l’annonce de l’abattage et une pétition en ligne contre la mesure a déjà récolté plus de 10’000 signatures. Les petits mammifères ont même trouvé leur avocat au Parlement, où un député, pro-gouvernement, a suggéré de tester les rongeurs et de n’abattre que les animaux contaminés.

link

A lire dans Le Monde