Reservé aux abonnés

Grabuge chez les Amis de la Constitution

Sandro Meier, membre du comité des Amis de la Constitution, à gauche, s'exprime aux côtés de Werner Boxler lors d'une conférence de presse organisée par le comité des Amis de la Constitution, de l'Alliance des cantons primitifs, du mouvement de jeunesse MASS-VOLL! et Netzwerk Impfentscheid sur le vote du 28 novembre en octobre 2021 à Berne. | Keystone /Anthony Anex

Quel avenir pour les Amis de la Constitution? Après la démission de leur co-président Werner Boxler le 31 janvier, c’est l’ensemble du comité directeur de l’association— soit six personnes — qui remet son mandat. Dans un communiqué publié le 4 janvier, le comité démissionnaire explique que «le débat ouvert entre les six membres a montré qu'au cours des derniers mois, la confiance mutuelle s'est détériorée au point de bloquer le travail du comité directeur». Il regrette notamment les malentendus internes et une «communication extérieure problématique» concernant la potentielle démission d’un de ses membres, Michael Bubendorf.

Pourquoi on en parle. Depuis la création de l’association en juillet 2020, les Amis de la Constitution ont su fédérer toute une frange de la population, opposée aux mesures sanitaires et sont devenus une force politique qui compte. Suite aux résultats des votations du 28 novembre, favorables à la loi Covid, l’association assurait qu’elle allait continuer son combat. Reste à savoir si les dissensions internes actuelles affecteront la cohésion de l’association, composée de plus de 100 groupes régionaux et 25’000 membres.

Reservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous