Reservé aux abonnés

Genève: les acteurs de la santé se creusent la tête pour diminuer les coûts

Michel Matter, président du comité des Etats généraux de la santé de Genève, et Delphine Bachmann, membre du comité.

Le 27 septembre dernier s’est tenue la deuxième édition des États généraux de la santé de Genève. Un événement qui rassemble les principaux acteurs de la santé du canton, dans l’optique d’améliorer les soins et surtout réduire les dépenses. Quatre thèmes étaient à l’honneur cette année: le handicap, la souffrance du personnel soignant, l’innovation technologique, et la prévention bucco-dentaire. À la clé, peu de propositions concrètes mais un dialogue renoué.

Pourquoi c’est notable. Les États généraux ont été fondés en 2018 à l’initiative des cliniques privées de Genève et de l’association des médecins de Genève, à qui se sont ensuite greffés la Fédération des entreprises romandes (FER), les hôpitaux universitaires de la ville (HUG), et des représentants politiques locaux. Ils se veulent une instance de dialogue entre les acteurs de la santé – notamment entre le public et le privé, après la guérilla juridique que se sont livrés le Conseil d’État et les cliniques privées ces dernières années.

Reservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous