| | News

Extension du masque et du certificat Covid dès le 6 décembre, télétravail recommandé

Le masque au cinéma dès lundi 6 décembre. | Keystone / Gaëtan Bally

Exceptionnellement, nous avons décidé de mettre cet article à disposition gratuitement, tant ces informations sont utiles pour comprendre l'épidémie. L'information a néanmoins un coût, n'hésitez pas à nous soutenir en vous abonnant.

Le masque fait son grand retour à l’intérieur, malgré le certificat Covid. Après avoir présenté son plan mardi 30 novembre, le Conseil fédéral a validé ce 3 décembre un tour de vis au niveau national pour tenter d’enrayer l’évolution de la cinquième vague dans le pays. Au travail, le masque s’impose. L’extension du certificat Covid à toutes les manifestations à l’intérieur est accepté. Et la réduction de la durée de validité des certificats obtenus après un tests négatif est validée. L’obligation de dépistage dans les écoles est en revanche abandonnée, ainsi que le certificat pour les réunions privées.

Pourquoi on en parle. Les nouvelles mesures sanitaires entreront en vigueur sur l’ensemble du territoire le 6 décembre. Elles remplacent et complètent certaines mesures cantonales prises au préalable. Par ailleurs, plus aucun pays de l’Union européenne ne figurera sur la liste des pays concernés par une quarantaine dès demain samedi 4 décembre. En revanche, toutes les personnes entrant sur le territoire suisse, même vaccinées, devront présenter un test PCR négatif.

20211203_Infografik verstärkte Massnahmen FR.jpg

Le détail. La stratégie fédérale est passés de «ne rien faire de plus» à «agir rapidement» depuis l’apparition du variant Omicron en Suisse. Mais les mesures décidées ce jour sont bien mises en place pour lutter contre la vague épidémique actuelle portée par le variant Delta. Alain Berset, conseiller fédéral en charge de la santé:

«Le Conseil fédéral estime que la situation est très, très sérieuse. La situation est tendue dans les hôpitaux et les hospitalisations augmentent. Il nous faut maîtriser l’évolution du variant Delta, la freiner voire inverser la tendance actuelle. Cela ne peut pas fonctionner sans que tout le monde participe.

Mais nous souhaitons maîtriser la situation avec les mesures les moins intrusives possibles. On veut éviter d’aller aussi loin que certains pays voisins. J’appelle néanmoins les cantons à être plus sévères et plus actifs si leurs systèmes hospitaliers sont en danger.»

Le masque. Il est obligatoire à l’intérieur, partout où le certificat Covid l’est aussi. Il est également obligatoire au travail dès que deux personnes fréquentent les mêmes locaux. Seule exception: les réunions privées.

Le certificat Covid. Son usage s’étend et il est obligatoire, comme le souligne le Conseil fédéral, «pour accéder aux espaces intérieurs de toutes les manifestations publiques et pour participer à toutes les activités sportives et culturelles d’amateurs en intérieur. L’exception en vigueur aujourd’hui pour les groupes fixes jusqu’à 30 personnes est supprimée. Par ailleurs, le certificat devient obligatoire pour les événements en plein air dès 300 personnes».

En privé. Le certificat Covid ne sera pas obligatoire, mais «vivement recommandé» pour les réunions de plus de dix personnes.

Les tests. La durée de validité des tests rapides pour obtenir le certificat Covid passe de 48 à 24 heures. Pour Alain Berset, il s’agit de «réduire le risque de contamination». Les tests PCR restent valables 72 heures.

Manifestations. Les organisateurs de manifestions ont désormais la possibilité de restreindre l’accès à leurs événements aux seules personnes vaccinées et guéries. En optant pour la stratégie baptisée 2G (pour geimpft et genesen, soit les vaccinés et les guéris, ndlr.), il est possible d’organiser des événements à l’intérieur sans masque (mesure prise pour les discothèques, surtout). L’application de vérification du certificat Covid sera adaptée en conséquence d’ici le 13 décembre. Alain Berset:

«Jusqu’à cette date, les exploitants d’établissements ou les organisateurs d’événements devront vérifier manuellement si les personnes sont vaccinées ou guéries.»

A l’intérieur sans masque. Au restaurant, dans les salles de sport ou lors d’une répétions de chant, il n’est pas possible de porter le masque. Dans ce cas, les clients d’établissement publics doivent consommer assis. Pour les restaurants, activités sportives et de chorales, la collecte des coordonnées est à nouveau obligatoire.

Au travail. Le télétravail n’est pas obligatoire, mais fortement recommandé. Pour Alain Berset, il s’agit de

«réduire le flux de personnes et de réduire les contacts».

Le Conseil fédéral aurait aimé imposer cette mesure, mais les cantons et les partenaires sociaux l’ont refusée.

A l’école. Les cantons restent maîtres de leurs domaines de compétence. La proposition du Conseil fédéral de pratiquer des dépistages réguliers est abandonnée devant le refus des cantons: 17 sur 26 ont dit non. Alain Berset:

«Le Conseil fédéral regrette vivement ce refus. Peut-être y viendrons-nous tout de même pour une étape ultérieure.»

Ces mesures sont valables jusqu’au 24 janvier 2022, au moins.

Entrée sur le territoire. Face au constat que le nouveau variant Omicron circule sur le territoire suisse, le Conseil fédéral a décidé de modifier les conditions d’entrée en Suisse.

  • Dès samedi 4 décembre, plus aucun pays de l’Union européenne ne figurera sur la liste des concernés par une quarantaine.

  • Des tests de dépistage à l’entrée seront exigés pour «prévenir autant que possible l’importation du variant Omicron».

Ainsi, toute personne entrant en Suisse (à l’exception des frontaliers) devra présenter un test PCR négatif. Cela concerne tout le monde: vaccinés et guéris également. Un deuxième test PCR ou rapide sera exigé entre le quatrième et septième jour après l’arrivée en Suisse.

L’entrée en Suisse demeurera limitée pour neuf pays: Botswana, Eswatini, Hong Kong, Israël, Lesotho, Mozambique, Namibie, Zimbabwe et Afrique du Sud.

Heidi.news sur Telegram, chaque fin de journée, recevez les articles les plus importants.
Inscrivez-vous!