Reservé aux abonnés

Expo rétrofuturiste à l’Alimentarium: «La perte de variété gustative est dystopique»

L'exposition FOOD2049 à l'Alimentarium, à Vevey, le 19 mai 2022. | Heidi.news / NS

Que mangions-nous en 2049? C’est la question rétrofuturiste que s’est posée l’Alimentarium pour sa nouvelle exposition temporaire, FOOD2049 – clin d’œil à la suite de Blade Runner – à voir jusqu’en mars 2023. Après le véganisme et le dégoût, le musée de l’alimentation fondé par Nestlé fait un pas de côté pour présenter comment la science-fiction et les œuvres d’anticipation ont imaginé l’avenir alimentaire de l’humanité. On navigue dans un mélange réussi entre arts déco et pop culture.

Pourquoi nous y sommes allés. La science-fiction porte un regard d’une acuité particulière sur notre monde, et l’alimentation ne fait pas exception. «Les peurs du passé, les désirs et les envies quant à l’avenir, peuvent apporter un éclairage sur ceux d’aujourd’hui», analyse Nicolas Godinot, conservateur des sciences de la nature et responsable des contenus. Il est commissaire de l’exposition aux côtés Jelena Ristic, conservatrice et responsable de la collection. Nous l’avons rencontré.

Reservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous