| | News

Etre schizophrène en temps de Covid-19

Pixabay / Chenspec

Alors qu’en mars 2020, lors du confinement, les soignants en psychiatrie redoutaient une exacerbation des symptômes de leurs patients schizophrènes, ils ont été plutôt surpris de constater chez eux une forme de soulagement. Reste qu’au bout d’un an, la situation devient de plus en plus difficile à supporter pour ces personnes et leur famille. Bilan contrasté d’une année de pandémie.

Pourquoi on vous en parle. Les Journées de la Schizophrénie se tiendront en Suisse et en France du 13 au 20 mars 2021. Elles sont l’occasion de sensibiliser le grand public à la réalité de cette maladie qui touche près de 85’000 personnes en Suisse et se manifeste par un ensemble de symptômes très variables dont des délires et des hallucinations, mais aussi un retrait social avec isolement et limitation des contacts sociaux. Ces derniers symptômes vous rappellent quelque chose? Le parallèle entre l’isolement ordinaire des personnes schizophrènes et celui de toute la population durant la pandémie est criant.

Cet article est réservé aux abonnés.

Tableau de bord climat

Un suivi interactif des grands indicateurs du dérèglement climatique et de ses solutions.