En Ukraine, l’urgence de vider les silos avant la prochaine récolte

Image d'illustration. | Keystone/Gaetan Bally

Les ports ukrainiens bloqués, comment acheminer les céréales qui attendent dans les silos? C’est la question logistique à laquelle l’Ukraine doit répondre, alors qu’approche la période des récoltes – entre juillet et septembre – et qu’une partie de la moisson 2021-2022 est toujours au garage, souligne Le Temps.

Pourquoi on en parle. L’Ukraine est un grand producteur mondial de blé, de maïs, de tournesol et de soja. Selon un cabinet de prospectives agricoles interrogé par le quotidien, au moins 20 millions de tonnes de blé et de maïs sont bloquées sur place. Avant l’invasion du pays par la Russie, cinq millions de tonnes étaient embarquées sur la mer Noire chaque mois.

Le casse-tête des transports. Prendre la route? Un périple par les pays frontaliers est possible… mais compte tenu des volumes à transporter, des capacités des camions et des bombardements des infrastructures routières, la tâche ne serait probablement pas accomplie avant fin juillet.

Même problème avec le train, auquel s’ajoute la difficulté que l’écartement des rails qui diffère entre les pays. Afin de remédier aux difficultés logistiques, l’Union européenne s’active à élaborer un plan coordonné d’exportations par voie terrestre et fluviale (via le Danube).

link

A lire dans Le Temps