Reservé aux abonnés

En Suisse, le don du sang pâtit du recul du civisme

Ignazio Cassis donne son sang lors d'une collecte mobile le 10 juin 2021 à Berne (WeArePepper/Blutspende SRK Schweiz via KEYSTONE)

«Donnez votre sang et savourez de délicieuses collations préparées par le Service de restauration des HUG!» Au menu ce jeudi 4 août: don et gaufres. A la fin du mois, les gourmands pourront combiner don et pizza. Comme chaque été, les centres de transfusions retroussent leurs manches pour que les donneurs fassent de même. Car, entre les vacances et les retours de voyages lointains (contre-indication au don pendant quelques semaines), les stocks de sang sont dans le rouge chaque été.

Si les réserves suffisent pour l’heure à satisfaire les besoins, la crainte d’une pénurie est partagée par les acteurs de la branche, qui redoublent d’effort pour lisser les stocks tout au long de l’année et sur l’ensemble du territoire. La baisse des dons n’est du reste pas que conjoncturelle et s’inscrit dans une dynamique sociale plus large, explique à Heidi.news Sandro Cattacin, sociologue à l’Unige qui finalise une recherche sur l'association d'Italiens volontaires pour le don du sang en Suisse (AVIS).

Reservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous