Reservé aux abonnés

En Israël, la vie d'avant Covid n'est pas pour tout de suite

Depuis le 18 avril, le port du masque n'est plus obligatoire à l'extérieur en Israël, mais l'est toujours en intérieur. | Keystone / EPA / Abir Sultan

Le port du masque en extérieur est aboli et les unités hospitalières dédiées au Covid ferment les unes après les autres. Avec un taux de reproduction du virus (Re) à 0,5 et plus que 150 nouveaux cas par jour, le coronavirus a perdu de sa force en Israël. Depuis le pic de l’épidémie à la mi-janvier, le nombre de cas a chuté de 98%, celui des personnes gravement atteintes de 93% et celui des décès de 87%.

Pourquoi c’est encourageant. Tout porte à croire qu’en Israël, l’immunité collective se rapproche. Plus de 5 millions d’habitants (pour un pays qui en compte 9 millions) sont immunisés. La sortie de crise est proche dans le pays. Mais il reste encore plusieurs étapes à franchir. Heidi.news fait le point avec Nadav Davidovitch, président de l’Association des médecins de santé publique d’Israël et conseiller du gouvernement pour la gestion du coronavirus.

Reservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous