| | Vidéo

Didier Pittet: «On paye le fait d’avoir laissé nos stations de ski ouvertes»

Alors que les nouveaux variants, et surtout le britannique, occupent une place toujours plus importante dans les contaminations de coronavirus en Suisse, Didier Pittet met en cause l’ouverture des stations de ski dans le pays. Pour le médecin chef du service de prévention et contrôle de l’infection aux HUG, «on y voit passablement de variant britannique». Une intervention à découvrir dans la vidéo ci-dessus.

Pourquoi ça pose question. Lors de la première vague, on avait déjà vu des foyers épidémiques à Verbier, ou en France voisine, aux Contamines-Montjoie. Le 16 décembre dernier, l’OMS avertissait les autorités sanitaires européennes quant à une nouvelle propagation du coronavirus dans les stations de ski. En pleine seconde vague, l’OMS expliquait savoir que «les stations de ski ont joué un rôle majeur dans sa dispersion sur tout le territoire européen». L’organisation onusienne recommandait «une planification différente des activités de saison, afin que les rassemblements de masse soient impossibles».

Cet article est réservé aux abonnés.

Tableau de bord climat

Un suivi interactif des grands indicateurs du dérèglement climatique et de ses solutions.