| | News

La fin du masque en extérieur et la saveur des libertés retrouvées dès le 26 juin

Image d'illustration. | Shutterstock / Olivkairishka

Exceptionnellement, nous avons décidé de mettre cet article à disposition gratuitement, tant ces informations sont utiles pour comprendre l'épidémie. L'information a néanmoins un coût, n'hésitez pas à nous soutenir en vous abonnant.

Les décisions étaient attendues depuis le 11 juin. Avec le recul de l’épidémie, le besoin de retrouver rapidement le plus de libertés possibles devient pressant. La majorité des cantons a approuvé les propositions d’assouplissement du Conseil fédéral. Tous les feux étaient donc au vert pour permettre à Alain Berset, conseiller fédéral en charge de la santé, d’ouvrir les vannes ce 23 juin. Avec les annonces du jour, il fait même souffler un sacré vent de liberté sur le pays en faisant tomber presque toutes les restrictions!

Pourquoi c’est bienvenu. L’utilité du port du masque en extérieur pour limiter la transmission du virus est presque nulle, l’incidence de l’épidémie en Suisse ces 14 derniers jours est largement en dessous de 50, la campagne de vaccination contre Covid-19 avance bien et l’introduction des certificats Covid ouvre la porte des manifestations. Largement de quoi permettre à la population de souffler et de se réunir sans restriction au restaurant, aller à un concert, au théâtre, dans un festival, en discothèque, pratiquer du sport sans restriction et retrouver aussi les collègues de boulot. Le détail des assouplissements ci-dessous.

Le soulagement d’Alain Berset. Les décisions présentées aujourd’hui sont nombreuses et concernent plusieurs secteurs: des activités de loisirs aux nouvelles règles d’entrée en Suisse en passant par le sport et l’utilisation du certificat Covid.

Alain Berset s’est réjoui du grand pas fait aujourd’hui vers le retour à la (presque) normale:

«Aujourd’hui, le Conseil fédéral a accepté un allégement majeur des restrictions encore en vigueur. Il est en tout cas beaucoup plus important que ce qui était prévu il y a deux semaines. Nous avons pris cette décision après une analyse approfondie de la situation: il n’y a pas eu de conséquences négatives suite aux derniers assouplissements.

De plus, d’ici la fin du mois de juin, près de 50% de la population adulte sera vaccinée. Evidemment, le variant delta nous préoccupe: il est plus contagieux, peut-être plus dangereux aussi. Et nous assistons à une sorte de compétition entre la vaccination et le variant delta, mais nous sommes bien positionnés pour que la vaccination l’emporte sur le delta.

A vrai dire, en ce début d’été, nous nous trouvons dans une situation enviable qui nous conduit à assouplir, uniformiser et simplifier les règles. Des restrictions qui disparaissent quasiment complètement à l’extérieur.»

Les décisions prises aujourd’hui. Voici le détail des assouplissements valables dès samedi 26 juin.

  • Masque. L’obligation du port du masque à l’extérieur tombe. Cela vaut aussi au travail et dans le secondaire II. C’est désormais aux employeurs de décider quand et dans quelle situation le port du masque reste obligatoire et cette responsabilité revient aux cantons pour ce qui est des gymnases, écoles de culture générale et écoles professionnelles.

  • Télétravail. Il n’est plus obligatoire, mais simplement recommandé. L’obligation de dépistage tombe également.

  • Enseignement. Les cours en présentiel peuvent reprendre, sans dépistage, partout et sans jauge de capacité. Cela vaut pour les universités et l’ensemble des écoles supérieures.

  • Capacités. Que ce soit dans les commerces, les centres sportifs et culturels, les limites de capacité sont levées.

  • Loisirs. Les parcs aquatiques peuvent rouvrir.

  • Restaurants. Les limites de convives par table sont levées. L’obligation du port du masque à l’intérieur lors des déplacements est maintenue, ainsi que la distance entre les tables. L’enregistrement des coordonnées d’un convive par table demeure, mais seulement à l’intérieur. Sur les terrasses, il est à nouveau possible de consommer debout.

  • Discothèques. Elle peuvent rouvrir, mais uniquement pour les clients disposant d’un certificat Covid. A cette condition, toutes les restrictions tombent.

  • Manifestations. Pour les grands événements, le Conseil fédéral fait la distinction entre ceux avec certificat Covid et ceux sans. Dans le premier cas, toutes les restrictions tombent. Concerts ou événements sportifs peuvent accueillir plus de 10’000 personnes dès samedi, avec autorisation cantonale. Dans le second cas, les événements sont limités à 1000 personnes assises, mais la limite est baissée à 250 personnes debout à l’intérieur et 500 debout à l’extérieur. De plus, la capacité d’accueil est restreinte à deux-tiers. Le port du masque demeure obligatoire à l’intérieur et les consommations demeurent interdites.

  • Foires. Elles sont à nouveau autorisées, peu importe le nombre de visiteurs. Toutes les restrictions sont levées pour les détenteurs d’un certificat Covid. Les foires qui n’imposent pas le certificat devront imposer le port du masque à l’intérieur.

  • Sport et culture. Là aussi, le port du masque obligatoire tombe, ainsi que le respect des distances. Pour les activités à l’intérieur, il faudra enregistrer les coordonnées des participants.

  • Privé. Pour se réunir entre amis, il faudra respecter un maximum de 30 personnes à l’intérieur et 50 à l’extérieur.

Übersichtsgrafik_20210623_FR.jpg

Les autres décisions. Le Conseil fédéral s’est également penchés sur d’autres domaines liés à la gestion de l’épidémie. Ainsi, la durée de protection des vaccins à ARN messager utilisés en Suisse est étendu à 12 mois. Cette décision a été prise en accord et sur recommandation de la Commission fédérale pour les vaccinations (CFV).

L’entrée en Suisse est également facilitée. L’obligation de quarantaine est levée pour les personnes venant de l’espace Schengen. Seuls ceux qui entrent en Suisse par avion doivent encore se soumettre à un test préalable lorsqu’ils ne sont pas vaccinés ou guéris.

Un regret. Avec la faible circulation du Sars-CoV-2 en Suisse, il serait nécessaire de mettre sur pied un traçage rétrospectif (ou backward tracing) pour identifier rapidement les clusters. En assouplissant les règles de traçage des contacts, notamment dans les restaurants, cette tâche n’est pas vraiment possible. Avec le risque de voir le variant delta, par exemple, circuler à bas bruit dans le pays, avant d’exploser.

La suite. Est-ce qu’avec ce pas important, le Conseil fédéral annonce la fin de l’épidémie en Suisse? Alain Berset reconnaît que cette ouverture massive est courageuse, mais qu’il n’est pas possible d’être «téméraire non plus. Les dernières règles sanitaires sont nécessaires pour ne pas perdre le contrôle de l’épidémie.» Et d’ajouter:

«On peut partir en vacances et on devrait pouvoir passer à la phase de normalisation à la mi-août. On fera le point à ce moment-là. Ce n’est donc pas tout à fait fini. La pandémie n’est pas finie. Et la vaccination est un élément déterminant pour faire en sorte que tout se passe bien d’ici l’automne.»