| | Radar

De plus en plus de gynécologues investissent dans les traitements esthétiques

Traitement de vergetures au laser | Shutterstock

En Suisse, toujours plus de gynécologues complètent leurs revenus en offrant des traitements esthétiques à leurs patientes. De la reconstruction de l’hymen à l’augmentation du point G en passant par le rétrécissement vaginal, les traitements au laser à des fins cosmétiques ont le vent en poupe dans les cabinets gynécologiques suisses, rapporte le portail spécialisé MedInside.

Pourquoi cela risque de perdurer. Le nombre de femmes ayant recours à leur médecin pour ces opérations cosmétiques devrait augmenter, puisque la Confédération durcit les règles en la matière. Une nouvelle réglementation interdit l’usage d’appareils à lumière intense pulsée pour effacer les tatouages et le maquillage permanent − une technologie jusqu’ici souvent utilisée dans les salons de beauté. De même, pour éviter de retarder un potentiel diagnostic de cancer de la peau, les grains de beauté ne peuvent désormais plus être éliminés à l'aide de lasers ou de lampes flash, mais doivent être opérés. A partir de 2024, douze traitements supplémentaires (élimination de cicatrices, de rides, de poils, etc.) ne pourront être effectués que par les détenteurs d’un certificat de compétences.

Le mélange des genres entre prestations médicales et cosmétiques est controversé. Heinz Locher, économiste de la santé, cité par le magazine santé «Gesundheitstipp»:

Du point de vue de l’éthique professionnelle, il est inacceptable qu’un médecin profite d’un examen médical pour présenter ce type d’offre complémentaire sous un jour alléchant.

link

À lire sur MedInside (DE)

Heidi.news sur Telegram, chaque fin de journée, recevez les articles les plus importants.
Inscrivez-vous!