Reservé aux abonnés

De moins en moins d’hépatites pédiatriques suspectes… et on ne sait pas pourquoi

Image d'illustration. | Shutterstock / ya_blue_ko

Depuis le début de l’année, plusieurs pays occidentaux, Royaume-Uni en tête, enregistrent des cas d’hépatites graves chez l’enfant, sans cause connue. Ces inflammations du foie, rares mais graves, ont fait couler beaucoup d’encre. Mais depuis la fin du printemps, le nombre de cas britanniques est descendu en flèche.

Rappel sur la situation. Les hépatites graves chez l’enfant sont en général dues aux virus des hépatites A, B, C ou E, mais il existe des cas où la cause reste inconnue. Ce sont des situations graves mais très rares, que les médecins ont l’habitude de relativiser.

Depuis le début de l’année 2022 pourtant, la donne a changé:

  • Ce n’est pas une dizaine mais plusieurs des centaines de cas auxquels sont confrontés les hôpitaux anglais, sans parvenir à identifier de virus ou d’exposition à un produit toxique.

  • Devant ce signal épidémiologique tout à fait anormal, les autorités sanitaires britanniques ont sonné l’alerte début avril.

  • La situation est d’autant plus inquiétante que 10 % de ces très jeunes patients (le plus souvent de moins de 5 ans), ont eu besoin d’une greffe de foie.

Dans les autres pays. L’alerte a été reprise par l’Organisation mondiale pour la santé (OMS), et de plus en plus de pays ont identifié des cas suspects, en Europe d’abord, puis aux Etats-Unis et en Asie. Mais l’existence d’un signal épidémiologique n’est pas claire.

  • En France, 7 cas ont été répertoriés par les autorités sanitaires, sans que ces dernières ne rapportent un excès de cas en comparaison avec les années précédentes.

  • En Suisse, pour l’heure, aucun signal de ce type n’a été détecté. Le Dr Arnaud L’Huillier, pédiatre infectiologue aux Hôpitaux universitaires de Genève (HUG):

«Nous avons des cas en Suisse, mais pas plus que d’habitude. La définition OMS/ECDC est très large et donc on capture… très large. Nous n’avons cependant pas l’impression d’en voir plus que les années précédentes.»

Reservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous