| | Radar

De jeunes chercheurs harcelés appellent les scientifiques à agir contre la désinformation médicale

Keystone / AP / David J. Phillip

Un groupe de jeunes chercheurs francophones – dont plusieurs en Suisse romande – fait état du harcèlement massif auxquels ils ont été confrontés sur les réseaux sociaux, à la suite de la publication d’une méta-analyse confirmant l’inutilité de l’hydroxychloroquine chez les patients Covid-19 hospitalisés. Messages par centaines, dévoilement d’informations personnelles, menaces de mort et fausses rumeurs: les réactions à leur travail dépassent la mesure, estiment-t-ils dans une lettre à paraître ce jour dans The Lancet Infectious Disease. Le site de 24 Heures s’en fait l’écho.

Pourquoi c’est intéressant. Dans ce courrier* adressé à une des revues de référence en infectiologie, les jeunes chercheurs, eux-mêmes très actifs dans les controverses entourant l’hydroxychloroquine, défendent leur démarche. «Le silence serait la pire des réactions à ce type de comportement [cyber-harcèlement et intimidations de masse, ndlr], en rendant nos sociétés vulnérables au populisme et à l’obscurantisme», écrivent-ils. Ils appellent la communauté scientifique et médicale à s’emparer plus largement des questions de communication, afin de restaurer une confiance ébréchée par la désinformation.

*  Non encore publié, mais que Heidi.news a pu se procurer.

link

A lire dans 24Heures

Tableau de bord climat

Un suivi interactif des grands indicateurs du dérèglement climatique et de ses solutions.