Reservé aux abonnés

Covid: un 100e point de situation de l'OFSP, et puis s’en va

De gauche à droite: Tanja Stadler, présidente de la task force scientifique de la Confédération, Christoph Berger, président de la Commission fédérale pour la vaccinations, et Patrick Mathys, chef de la section Gestion de crise et coopération internationale à l’OFSP, mardi 22 mars 2022. | Keystone / Peter Klaunzer

Ce 22 mars marque le 100e point de situation Covid pour l’OFSP. Une 100e et dernière conférence de presse, du moins sous sa forme actuelle. Mercredi 30 mars, le Conseil fédéral devrait annoncer la fin des dernières mesures sanitaires encore en vigueur et en terminer avec la situation particulière. Si l’urgence sanitaire touche à sa fin pour les autorités, l’épidémie, elle, n’est pas terminée. Supprimer les mesures sanitaires, c’est aussi s’amputer volontairement de données permettant de suivre l’évolution de l’épidémie à l’avenir.

Pourquoi on en parle. Dès le 1er avril, on devrait pouvoir tomber le masque dans les transports publics et les personnes testées positives ne seront plus obligées de s’isoler. Ces deux mesures concomitantes interrogent. En tombant le masque dans ces espaces clos, les infections devraient augmenter. En supprimant l’obligation d’isolement lors d’un dépistage positif, les cellules cantonales de traçage des contacts n’ont plus de raison d’être. Les données concernant les infections ne seront donc plus collectées. L’OFSP anticipe ces décisions en passant à une mise à jour hebdomadaire des chiffres Covid dès le 1er avril.

Reservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous