Covid-19: le jour de la liberté, c'est pour le 1er avril

Au centre des médias du Palais fédéral. | Keystone / Peter Schneider

Exceptionnellement, nous avons décidé de mettre cet article à disposition gratuitement, tant ces informations sont utiles pour comprendre l'épidémie. L'information a néanmoins un coût, n'hésitez pas à nous soutenir en vous abonnant.

Cette fois, c’est officiel. Le 1er avril 2022 marque la fin de toutes les mesures sanitaires Covid-19 en Suisse. La situation particulière est levée; le retour à la normale, sur la plan politique, est entérinée. C’est la décision qu’est venu présenter Alain Berset ce 30 mars. Une phase de transition est tout de même prévue jusqu’au printemps 2023.

Pourquoi c’est important. C’est un virage stratégique majeur qui n’a rien d’un poisson d’avril, sauf le hasard du calendrier. Le Conseil fédéral s’efface, les cantons reprennent la main. A eux la tâche de guider la population vers la phase endémique de l’épidémie.

Lire aussi: Covid-19: les cantons n’imposeront rien, ils s’en remettent à la responsabilité individuelle

Les décisions du jour. La situation particulière au sens de la loi sur les épidémies est levée le 1er avril. Avec cette décision, le Conseil fédéral supprime également les deux dernières restrictions sanitaires encore en vigueur:

  1. Le port du masque dans les transports publics et les établissements de santé,

  2. L’isolement obligatoire pour les personnes testées positives au Sars-CoV-2.

Alain Berset:

«Après deux ans de crise, le moment était venu et le retour à la normale est une bonne nouvelle. Depuis le 16 février, on voit que malgré la levée des mesures et un rebond des infections mi-mars, la situation dans les hôpitaux et aux soins sintensifs est stable. Une surcharge y est invraisemblable. On tire un bilan positif de la situation épidémiologique.

La crise n’est pas terminée, mais sa phase aiguë l’est. On souhaite pouvoir gérer à l’avenir sans revenir à une situation particulière, sauf si nous devions être confrontés à une situation encore plus grave que tout ce que nous avons connu jusqu’à aujourd’hui.»

Aux cantons d’agir. C’est désormais aux cantons de décider et de s’organiser pour les dépistages ainsi que pour le suivi hospitalier et de l’évolution de l’épidémie sur leurs territoires respectifs. Selon les autorités sanitaires cantonales romandes consultées par Heidi.news, celles-ci s’en remettent à la responsabilité individuelle et n’imposeront aucune mesure.

Le suivi des infections et des contacts n’étant plus à l’ordre du jour, la Confédération a également décidé de:

«désactiver temporairement l’application SwissCovid. Avec la levée de l’obligation d’isolement, les conditions pour une utilisation efficace de l’application ne sont plus réunies.»

Mais le Conseil fédéral prévient: «L’application pourra toutefois être remise en service rapidement si la situation épidémiologique l’exige. Pour ce faire, les infrastructures informatiques requises continueront d’être maintenues en arrière-plan.»

La transition. Pour les autorités fédérales, «une phase de transition exigeant une vigilance et une réactivité accrues s’impose jusqu’au printemps 2023». Des objectifs de répartition détaillée des tâches entre cantons et Confédération ont été compilés dans un document, soumis à consultation jusqu’au 22 avril. Il s’agit de répartir les rôles pour les domaines suivants:

  • le dépistage,

  • la vaccination,

  • le traçage des contacts,

  • la surveillance et l’obligation de déclaration des hôpitaux.