| | Radar

Coronavirus: le jour où la France s’est décidée à baisser le rideau

Emmanuel Macron au centre de crise du ministère de l'Intérieur français, vendredi 20 mars 2020. | Keystone / EPA Reuters / Gonzalo Fuentes

Le Monde revient longuement sur les circonstances ayant conduit le gouvernement français à changer de braquet dans la crise du coronavirus. «Nous pensions au départ qu’il s’agirait d’une grosse grippe», confie un conseiller élyséen au quotidien du soir. Ce n’est que le 10 mars, alors que l’Hexagone compte déjà près de 1800 cas et que la courbe va bon train, que la France met en place un comité d’experts scientifiques. Le jeudi 12 mars, Emmanuel Macron déclare à la télévision que Covid-19 est «la plus grande crise sanitaire (…) depuis un siècle» et instaure la fermeture des écoles et des universités. L’après-midi même, il venait d’être notifié par les scientifiques des projections alarmistes de l’Imperial College de Londres. Deux jours plus tard, le confinement total est déclaré.

Pourquoi le contraste est saisissant. En quelques jours, la réponse sanitaire française a basculé du tout au tout, au vu de la progression exponentielle de l’épidémie et de la perspective d’une saturation rapide du système de santé. Alors qu’elle est confrontée à une progression de même ampleur (doublement des cas tous les trois jours), la Confédération vient pour sa part d’annoncer, vendredi 20 mars, qu’elle renonçait pour l’instant à instaurer un confinement de sa population, se bornant à interdire les rassemblements de plus de cinq personnes. Commentaire d’Alain Berset: «Nous ne voulons pas faire de politique spectacle.»

link

A lire dans Le Monde

Tableau de bord climat

Un suivi interactif des grands indicateurs du dérèglement climatique et de ses solutions.