Reservé aux abonnés

Comprendre le paradoxe apparent d'une épidémie qui progresse sans s'aggraver

L’épidémie reprend, lentement, mais sûrement. Le nombre de nouveaux cas quotidiens augmente de manière régulière depuis la fin du mois de juin. Au point que l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) a annoncé à deux reprises que la Suisse avait franchi la barre symbolique des 300 nouvelles infections en 24 heures. Les nouvelles infections réelles et les cas tweetés par l’OFSP diffèrent chaque jour, car des adaptations sont reportées rétrospectivement aux dates correctes de survenue.

Pourquoi nous vous en parlons. Chez Heidi.news, nous observons l’évolution de l’épidémie en Suisse depuis la fin du mois de février. Ce qui se passe durant l’été 2020 est très différent de ce qui s’est produit aux mois de mars et d’avril. A commencer par les hospitalisations et les décès, qui demeurent très bas. Et aussi la progression elle-même qui est actuellement linéaire et pas exponentielle. Mais la situation de cette fin de mois d’août est fragile et pourrait basculer rapidement vers un rebond spectaculaire. Alors, que retenir de la situation actuelle? Analyse chiffrée.

Reservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous