| | Analyse

Comment la stratégie de test de la Confédération va faire gonfler le nombre de nouvelles infections

Alain Berset, conseiller fédéral en charge de la santé, lors d'un prélèvement pour un test antigénique, le 25 février à Aarau. | Keystone / Peter Klaunzer

Dès lundi 15 mars, la Suisse va passer en mode «tests, tests, tests». La nouvelle stratégie de la Confédération est ambitieuse: il s’agit de dépister 40% de la population mobile une fois par semaine. Chaque habitant du pays, symptomatique ou non, pourra passer un test sans bourse délier. L’opération devrait coûter plus d’un milliard de francs à la Confédération pour 2021. Une telle campagne devrait faire augmenter le nombre quotidien de nouvelles infections. Doit-on s’en inquiéter?

Pourquoi il faut garder la tête froide. Plus on cherche, plus on trouve. Il en ira de même ces prochaines semaines avec le Sars-CoV-2. En intensifiant massivement la chasse au coronavirus, la Confédération augmente fortement la probabilité d’en détecter plus. Il faudra donc bien observer tous les indicateurs épidémiques ces prochains jours et s’abstenir de parler de troisième vague sur la seule base d’une incidence en hausse. Explications.

Cet article est réservé aux abonnés.