| | News

Comment l'armée a failli dans ses achats de masques en 2020

Un ouvrier controle la production de masques d'hygiène sur une machine d'une nouvelle fabrique de masques chirurgicaux dans le Jura bernois. | Keystone / Jean-Christophe Bott

La Pharmacie de l’armée a-t-elle failli à sa tâche? Au printemps 2020, alors que le pays était confronté à un risque de pénurie aiguë de matériel de protection dans les hôpitaux, le Conseil fédéral lui a confié la mission d’acquérir et de distribuer des biens médicaux — notamment masques, respirateurs et désinfectants — pour le système de santé suisse. Moisissure, contrefaçons ou achat à des prix abusifs: les critiques n’ont pas tardé à pleuvoir sur la marchandise. Fin janvier, Viola Amherd, conseillère fédérale en charge du département de la défense et de la protection de la population (DDPS), a demandé un audit interne sur l’achat des masques par l’armée. Le document a été publié ce jeudi 22 avril.

Pourquoi on en parle. Selon le rapport, les masques ont été acquis aux prix du marché — particulièrement élevés au cours du printemps 2020 — et les collaborateurs ont fourni «une contribution essentielle pour éviter un effondrement du secteur de la santé en Suisse». En revanche, le document pointe des lacunes en matière de vérification de la qualité de la marchandise et citent plusieurs fournisseurs avec qui l’armée a rencontré des problèmes. Pour la conseillère nationale soleuroise Franziska Roth, membre de la Commission de la politique de sécurité, cet audit interne est loin d’être suffisant et laisse beaucoup de questions en suspens.

Cet article est réservé aux abonnés.

Tableau de bord climat

Un suivi interactif des grands indicateurs du dérèglement climatique et de ses solutions.