| | Radar

Clap de fin pour Didier Raoult à l'IHU Méditerranée?

Didier Raoult à son arrivée à l'Assemblé nationale, où il avait été entendu par une commission d'enquête en juin 2020. | EPA / Yoan Valat

La carrière de Didier Raoult à la tête de l’IHU Méditerranée semble toucher à sa fin, selon Le Monde. En âge de partir à la retraite, le professeur marseillais de 69 ans, figure controversée de la pandémie de Covid-19, pourrait voir son contrat — qui prend fin ce 31 août — ne pas être prolongé. Deux représentants des membres fondateurs de l’IHU, le directeur général de l’Assistance publique-Hôpitaux de Marseille François Crémieux et le président d’Aix-Marseille Université Eric Berton, vont proposer au conseil d’administration le remplacement du microbiologiste et le lancement d’un appel d’offre pour la succession de celui-ci.

Pourquoi ça semble acté. Les propos de plusieurs responsables cités par Le Monde dessinent une issue a priori inéluctable. François Crémieux évoque le «besoin de tourner une page et d’organiser l’avenir de l’IHU pour les vingt ans à venir». Le professeur Jean-Luc Jouve confirme pour sa part que la commission médicale d’établissement qu’il préside «ne voit pas d’objet à prolonger Didier Raoult, ne serait-ce que pour deux journées et demie par semaine, comme il le demande». Et d’ajouter: «Il y a largement les équipes nécessaires, à l’IHU, pour que son départ soit comblé.» Eric Berton ne fait pas non plus de mystère sur le dossier Didier Raoult, estimant qu’il est «l’heure de préparer sa succession dans la clarté».

Lire aussi l’épisode de notre Exploration Au cœur de la complosphère: Sur la piste du gourou Raoult

Le côté franc-tireur du microbiologiste et ses prises de position polémiques au sujet de la gestion de la pandémie de Covid-19 ont créé un climat tendu dans la communauté scientifique et médicale de Marseille. Dernier épisode en date, une série de vidéos publiées par les professeurs Didier Raoult et Philippe Parola dans lesquelles les deux chercheurs affirment que le variant Delta est «moins grave» que ceux qui l’ont précédé et qu’il n’y a pas eu de démonstration de l’efficacité des vaccins contre les variants. Jean-Luc Jouve:

«Depuis le début de la pandémie, il y a eu des désaccords, notamment sur la communication ou les pratiques médicales de l’IHU, mais, avec la question de la vaccination, un cap a été franchi.»

link

Lire l'article du Monde

Tableau de bord climat

Un suivi interactif des grands indicateurs du dérèglement climatique et de ses solutions.