Reservé aux abonnés

Chirurgie de l'obésité: des interventions à ne pas prendre à la légère

L'œuvre d'art ''L'ange protecteur'' de Nikki de Saint Phalle, en mai 2021 à la gare centrale de Zurich. | Keystone / Gaetan Bally

Parfois présentée comme une solution miracle pour perdre du poids, la chirurgie de l’obésité, aussi appelée chirurgie bariatrique, impose une préparation conséquente et un suivi à très long terme. Même si les interventions se sont normalisées et qu’elles ouvrent la voie vers une meilleure qualité de vie, les patients doivent être avertis du long parcours qui les attend afin de parvenir à des résultats durables et éviter les effets indésirables.

Pourquoi on s’y intéresse. En Suisse, plus d’une femme et d’un homme sur dix sont obèses, ce qui les expose, entre autres, aux maladies cardio-vasculaires, troubles musculo-squelettiques et diabète de type 2. Parmi ces personnes, beaucoup ont tenté de perdre du poids via des traitements conservateurs, en vain. Dès lors, la chirurgie bariatrique peut devenir une solution, tant pour traiter le surpoids que pour traiter certaines de ses comorbidités. Reste que, selon les centres et les techniques utilisées, le succès n’est pas toujours au rendez-vous et le risque de complications peut s’avérer important.

Reservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous