| | Portrait

Ce patient inoubliable: «il y a des séances où elle ne disait pas un mot»

Image d'illustration. Dans un bureau de psychothérapeute zurichois en janvier 2020. | Keystone / Christian Beutler

Dans leur carrière, les médecins côtoient des milliers de patients. Quelques-uns s'inscrivent au fer rouge dans leur mémoire, parce qu'ils les ont fait progresser, douter, leur ont rappelé la beauté du métier ou ses affres. Cet été, Heidi.news a demandé à des praticiens de nous parler d'un patient inoubliable. Au tour du Dr Stéphane Saillant, médecin-chef au Centre neuchâtelois de psychiatrie (CNP) et vice-président du Groupe romand prévention suicide (GRPS), pour ce 5e épisode.

Stéphane Saillant explore les recoins de la détresse humaine. Son champ d’expertise couvre notamment la psychiatrie de liaison, les urgences psychiatriques et la problématique suicidaire. Pour cette série, il a choisi de parler de suicide, parce qu’«on parle trop peu souvent de ceux qui restent, des proches qui perdent un ami ou un parent.» Pour honorer leur résilience, il raconte le chemin parcouru par Jeanne*, une patiente qu’il suit depuis 2013.

«Quand on s’est connu, Jeanne arrivait à l’âge de la retraite. Elle était confrontée à des difficultés conjugales et m’avait été adressée en raison de souffrances psychologiques. Elle présentait des idées suicidaires qui me rendaient assez inquiet. Bien que nous nous voyions régulièrement, j’ai même songé à la faire hospitaliser.

Cet article est réservé aux abonnés.