Reservé aux abonnés

Bientôt, les Suisses refuseront de payer leurs primes

Annick Chevillot

Du scandale des réserves aux blocages politiques, le système de santé souffre de maux connus et identifiés, mais aucun remède s’impose et les coûts s’envolent dans une spirale infernale. Et en septembre, les primes pour 2023 devraient encore augmenter de 5 à 10%. L’urgence est là, mais l’inaction confine désormais au chaos.

Imaginez un patient qui nécessite des soins urgents et à son chevet, une horde de spécialistes qui se pressent, chacun avec sa prescription et critiquant celle des autres. Ça débat, ça discute, ça se chamaille, ça ergote, ça crie, ça fait tout sauf s’entendre! La gangrène qui touche le malade s’étend, inexorablement. Jusqu’au chaos. Les organes lâchent les uns après les autres. Il va mourir, c’est sûr.

Et si le système ne meurt pas, ils seront de moins en moins à pouvoir s’offrir ses services:

Reservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous