Bains de chevreuil et tumeur de la thyroïde: Poutine, 70 ans et une santé qui intrigue

Vladimir Poutine en pleine séance de nage à Touva (Sibérie), en 2009, une période où la propagande viriliste du Kremlin a battu son plein. | Keystone / AP Photo / RIA Novosti, Alexei Druzhinin

Vladimir Poutine a fêté ses 70 ans en octobre 2021, et il s’avère que si les dictateurs sont souvent intouchables, aucun n’est immortel. Les journalistes du site russe d’investigation Proekt se sont demandés, non sans quelques arrière-pensées, où en était la santé de l’homme fort du Kremlin. Après avoir rappelé quelques-unes des chutes célèbres du président russe – à cheval, au hockey –, ils se plongent dans une véritable investigation avec pour principale source de données: les voyages des médecins du président entre 2016 et 2020. Le tout sur un ton d’autant plus impertinent que le journal a été interdit en juillet, et sa rédaction forcée à l’exil.

Ce qu’on y apprend. D’abord, que pour prolonger sa jeunesse, le président russe prend des bains d’extrait de bois de chevreuil de Sibérie – une médecine traditionnelle altaïque à laquelle l’aurait initiée son ministre de la Défense Sergueï Choïgou, d’ethnie touvaine. Mais Poutine ne dédaigne pas pour autant la médecine moderne... En étudiant les contrats entre l’hôpital des élites moscovites et les hôtels situés à proximité des résidences présidentielles, les journalistes de Proekt ont montré que les visites médicales étaient de plus en plus assidues et massives ces dernières années – 9 praticiens par séjour en moyenne, parfois jusqu’à 13 d’un coup.

Le trio de médecins les plus assidus au chevet de Poutine, deux ORL et un chirurgien cancérologue, totalisent à eux seuls 132 visites entre 2016 et 2020… Leurs spécialités suggèrent que le président russe pourrait souffrir ou avoir souffert d’une affection de la thyroïde, sans doute un cancer. Les tumeurs de la thyroïde peuvent être plus ou moins agressives, mais présentent en général un taux de survie élevé (de l’ordre de 95% à cinq ans). Le protocole strict de mise à l’écart du président, décidé brutalement en septembre 2021 pour le protéger du Covid-19, pourrait aussi avoir un lien avec une opération de la thyroïde, comme il se murmure dans l’entourage du chef de l’Etat.

link

A lire sur le site de Proekt (EN)