Reservé aux abonnés

Avec le risque d’un rebond épidémique, l’avènement des tests de dépistage salivaires?

Image d'illustration. | Keystone / DPA / Roland Weihrauch

Depuis fin décembre, les frottis salivaires analysés par PCR sont recommandés comme alternative possible aux frottis réalisés dans le nez pour dépister Covid-19. Cette approche, plus sensible que les tests rapides antigènes, pratique et peu invasive, a déjà séduit le canton de Vaud et pointe le bout de son écouvillon chez les pédiatres valaisans. Encore sous-exploitée, la détection du virus via la salive est sans doute appelée à gagner en importance.

Pourquoi c’est d’actualité. La Confédération est sur le point de monter en puissance sur le dépistage. Le Conseil fédéral a mis une ordonnance en consultation auprès des cantons pour un dépistage de masse dans les écoles, les entreprises et les EMS, en l’absence de symptôme préalable. Bien que ce changement de stratégie semble surtout reposer sur l'utilisation des tests rapides, le dépistage salivaire par PCR présente de nombreux avantages qui pourrait favoriser ce tournant. Détaillons.

Reservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous