Reservé aux abonnés

Aux HUG, la réalité virtuelle a déjà conquis soignants et enfants

Zélie, 8 ans, est guidé par un assistant de recherche pour rester attentive aux stimulations du jeu de réalité virtuelle. | Heidi.news

Lucien a 11 ans, et il craint vraiment d’avoir mal lors de sa prise de sang. Sa sœur, Zélie, a 8 ans et elle n’aime pas non plus la douleur. A leur arrivée dans les locaux du bus santé des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG), une infirmière leur propose un jeu en réalité virtuelle pour les aider à mieux vivre ce moment désagréable. Lucien et Zélie acceptent de bon cœur. Avec un Oculus Quest 2 vissé sur le crâne, les deux enfants réalisent la prise de sang à tour de rôle. Résultat? Lucien, qui était particulièrement angoissé, n’y a vu que du feu. Il a adoré l’expérience. «J’espère que la prochaine fois, l’histoire sera différente», lance-t-il le sourire aux lèvres. Sa sœur est également convaincue.

Pourquoi c’est intéressant. Les casques de réalité virtuelle trouvent de plus en plus d’application dans le domaine thérapeutique. Aux HUG, ils sont aussi utilisés dans d’autres secteurs de la pédiatrie et pour de la rééducation neurologique. Grâce à un jeu développé pour le contexte médical et ajusté spécifiquement pour la prise de sang, le personnel médical peut accompagner les enfants anxieux tout au long de la prise en charge. Et les résultats sont convaincants. Alors qu’il était particulièrement stressé à son arrivée dans les locaux des HUG, Lucien s’est complètement immergé dans le jeu.

Reservé aux abonnés

Cet article est réservé aux abonnés.

Déjà abonné(e) ? Connectez-vous