| | News

AstraZeneca renonce: son vaccin ne sera pas utilisé en Suisse

Image d'illustration. | Keystone

Nous avons décidé de mettre cet article à disposition gratuitement, tant ces informations sont utiles pour comprendre l'épidémie. L'information a néanmoins un coût, n'hésitez pas à nous soutenir en vous abonnant.

Le laboratoire AstraZeneca renonce à commercialiser son vaccin Covid-19 en Suisse, annonce la société ce jeudi 4 novembre 2021. L’unique vaccin européen, qui attendait un feu vert de Swissmedic depuis un an, ne sera pas utilisé. La Confédération devra décider que faire du reste des doses précommandées auprès du laboratoire britannique.

Pourquoi on vous en parle. Premier vaccin Covid-19 disponible en Europe, le Vaxzevria d’AstraZeneca a connu un parcours chaotique. La Suisse, qui s’était procurée 5,4 millions de doses à titre préventif, avait récemment décidé de conserver 1,4 million de doses par-devers elle, dans l’attente d’une validation par Swissmedic du produit. Le reste a été donné à l’initiative Covax pour les pays modestes.

Un renoncement du laboratoire. Le vaccin adénoviral d’Oxford-AstraZeneca est en cours d’examen auprès de Swissmedic depuis octobre 2020. Mais l’agence réglementaire suisse avait décidé, en février 2021, d’exiger du laboratoire des données supplémentaires issues des essais cliniques américains encore en cours, pour préciser la balance bénéfices-risques du produit.

  • A l’arrière-plan de cette décision figurent l’accès de la Suisse à un grand nombre de vaccins ARN et les nombreuses controverses autour de ce vaccin mal-aimé – notamment sur le risque de trouble sévère de la coagulation, qui a justifié une suspension des campagnes en Europe début 2020.

  • En juin, Berne avait décidé de renoncer partiellement aux 5,4 millions de doses précommandées à AstraZeneca, en en redistribuant 4 millions aux pays à revenu modeste, via l’initiative Covax de l’OMS.

  • La Confédération a conservé 1,4 million de doses, destinées aux personnes rétives aux vaccins ARN.

Ce 4 novembre, c’est la société AstraZeneca elle-même qui renonce à commercialiser son vaccin en Suisse, et retire sa demande d’autorisation de mise sur le marché à Swissmedic.

Un désaccord sur l’âge-limite. D’après le laboratoire, «cette décision est basée sur l’exigence de Swissmedic de limiter l’emploi du vaccin aux personnes de 50 ans et plus».

L’exigence de Swissmedic n’a pas été motivée – les statuts de l’agence l’empêchent de commenter ce type de décision – mais il est à placer sur le même plan que la décision de plusieurs pays européens de limiter l’usage du vaccin à certaines catégories d’âge.

La France limite par exemple toujours son usage aux plus de 55 ans, tandis que l’Allemagne a levé en mai la limite instaurée à 60 ans au mois de mars.

Dans tous les cas, il s’agit de réserver l’usage du vaccin aux personnes à même d’en bénéficier. Les troubles de la coagulation consécutifs au vaccin sont rarissimes mais graves, avec même quelques décès à déplorer. Son utilisation chez les jeunes adultes, chez qui le risque Covid-19 le justifie moins, fait débat depuis que cet effet indésirable a été identifié.

Les questions ouvertes. La Confédération ne devrait pas avoir de mal à assurer la demande en vaccins alternatifs aux vaccins ARN Pfizer et Moderna, ayant sécurisé à cet effet 150'000 doses du vaccin adénoviral de Janssen (Johnson & Johnson) – dont 20'000 ont déjà été administrées au cours du seul mois d’octobre.

Reste à savoir ce que fera Berne des 1,4 million de doses d’AstraZeneca précommandées, et qui ne pourront pas être utilisées en Suisse.

  • Il est probable qu’elles connaissent le même destin que les autres et soient livrées à l’initiative Covax.

  • «La Confédération examine la suite de la procédure. Rien n'a encore été décidé», indique l’OFSP, contacté par Heidi.news.

Sur les 4 millions de doses d’AstraZeneca données par la Suisse aux pays pauvres via l’initiative Covax, seules 320'000 ont pour l’heure été livrées de façon effective, au Pakistan (166'000), au Nigeria (105'000 doses), au Sierra Leone (24'000) et à l’Egypte (29'000).

Tableau de bord climat

Un suivi interactif des grands indicateurs du dérèglement climatique et de ses solutions.