| | Analyse

Après les vacances, l'explosive question de la vaccination en Suisse

Les enfants de 12 à 15 ans peuvent se faire vacciner par exemple ici, au Kinderspital de Zurich, mais les inscriptions sont rares. | Keystone / Gaëtan Bally

Il ne faut pas s’y tromper: l’approche de l’été et des vacances n’est qu’une embellie sur le front de la pandémie. La vaccination restera l’enjeu majeur de la rentrée, pour la Suisse comme pour le reste du monde. Et le conseiller fédéral Alain Berset n’a pas manqué de le rappeler ce week-end.

Pourquoi on en parle. S’il apparaît désormais comme illusoire que le pays atteigne un jour l’immunité collective, la progression de la campagne de vaccination demeure le chantier prioritaire de la Confédération. Des chiffres livrent un aperçu assez clair du chemin à parcourir: après avoir bien fonctionné auprès des personnes à risque et avoir conquis une partie de la population non prioritaire (au 30 juin, 36% des habitants du pays étaient pleinement vaccinés et 51% avaient reçu au moins une dose), la vaccination donne aujourd’hui des signes de fléchissement.

Cet article est réservé aux abonnés.

Tableau de bord climat

Un suivi interactif des grands indicateurs du dérèglement climatique et de ses solutions.